Employeur
Echéance
Ville

Objectif du projet et résultats escomptés

Le projet vise à identifier les problèmes de protection afin de renforcer la protection des personnes déplacés internes (PDIs) et des personnes retournées (PDIs retournées), contre les conséquences des conflits armés dans les provinces du Tanganyika, du Haut Katanga et du Lualaba. Ainsi, pour contribuer à répondre à ces besoins INTERSOS vise à atteindre les résultats suivants :

  • Un système de collecte d’informations de protection dans les zones concernées est mis en place et se rend utile pour une réponse efficace des populations affectées.
  • Les problèmes de protection sont correctement rapportés selon les bases légales qui les fondent.
  • Les données collectées sont enregistrées dans une base de données fiable et facilement manipulable pour la mise à jour régulière et accessible est mise en place.
  • Des rapports d’analyse sur les besoins, sont produits régulièrement la base informations collectés et se rendent utiles à la prise de décision et à l’organisation de la réponse.

La stratégie visera à mettre les déplacés au centre des décisions à travers une approche inclusive et participative, en mettant l’accent sur la participation des jeunes, des femmes et des personnes à besoins spécifiques. Afin de promouvoir la résilience des communautés, la protection communautaire restera au cœur des interventions à travers un soutien aux autorités locales, aux organisations de base et aux structures locales de protection existantes. Les évaluations participatives constitueront une des activités clés et se feront de manière structurée et régulière.

Contexte et Justification

Les territoires ciblés sont caractérisés par de grands mouvements de population à cause des conflits inter ethniques, des attaques par les groupes armés et une présence ambiguë des FARDC. En effet, au 30 aout 2018, 444.800 PDI et 709.315 retournés ont été enregistré dans le Tanganyika et 166.616 PDI et 83.074 retournés dans le Haut Katanga, Haut Lomami et Lualaba). OCHA considère les territoires de Kongolo, Manono, Kabalo et Pweto comme “zones de retour”, pour les PDI qui y retournes. Les territoires de Kalemie et Nyunzu, sont définies « zones mixtes » avec une situation sécuritaire encore instable et des facteurs (partage de ressources limités et pression démographique sur les services de base) qui augmentent les risques de cohabitation. Dans le territoire de Nyunzu, les violences ayant repris entre la fin du 2017 et le début 2018 ont détérioré la situation humanitaire : vu l’impact limité des acteurs humanitaires et la volatilité du contexte, la tendance semble être une continue dégradation. Enfin, le territoire de Moba est considéré comme « zone à risque » à causes des tensions intercommunautaires et de déplacements importants qui appellent à une prise en charge immédiate.. A ceux-là, d’autres contraintes s’ajoute comme le fait que plusieurs violences, surtout pour ce qui concerne les VSBG et les enfants, ne sont pas rapportés ainsi que l’identification et la documentation des enfants séparés (ES) et non accompagnés (ENA) lacuneuse. OCHA indique que la plupart de ces territoires font face à des contraintes d’accès au notamment à cause de :

  1. l’état de route en dégradation (surtout pendant la saison pluvieuse) ;
  2. la présence des barrières FARDC ;
  3. les « tracasseries » administratives. De plus, les zones ciblées sont caractérisées par des conflits intercommunautaires.

Sur la base des éléments susmentionnées, les territoires de Kalemie, Nyunzu et Pweto sont considérés comme zones de priorité 1. Tous ces facteurs exigent une intervention axée sur le suivi rapproché de la situation de la protection des civils ainsi que la multiplication des activités de cohabitation pacifique et le développement des capacités des autorités/leaders communautaires sur les sujets liés aux droits humains. A cet égard, selon OCHA, bien que l'accent doit être mis sur la multisectorialité et l'approche de participation communautaire, les activités de protection (cohabitation pacifique) devront être au centre de toute intervention sans oublier la redevabilité et les questions de genres. En termes de mitigation il faudra assurer une coordination civile et militaire et d’améliorer la cohésion sociale et les plaidoyers. La présence humanitaire dans certains territoires (surtout da le Lualaba et haut Katanga demeure plutôt faible. A’ titre d’exemple et selon OCHA, seulement 1 projet de protection a été implémenté en 2018 dans la province du Lualaba. En tant que partenaire du HCR depuis 2010 dans l’ex Province Orientale, et en Ituri, Nord Kivu et Sud Kivu depuis 2016, INTERSOS dispose aujourd’hui d’atouts pour mener un monitoring de protection renforcé afin d’améliorer l’environnement protecteur dans les territoires ciblés : au niveau technique en protection et dans l’utilisation des logiciels d’informations pour la collecte de données (ex: Kobo) ainsi que dans l’analyse des problèmes de protection afin de pouvoir apporter les réponses rapides. A’ ceci, s’ajoutent l’expérience acquise grâce aux projets HCR avec les structures communautaires (Comité de Médiation Communautaire, Comité de Protection Communautaire) dans les activités de prévention et de réponse et l’acceptation communautaire qui lui est reconnue grâce à sa présence constante sur le territoire.

Objectif général de la position

Le Coordinateur Logistique est responsable de la coordination, implémentation et le suivi des activités logistiques dans les zones d’intervention citées ci-haut. Il/elle sera en charge de garantir la planification cohérente de la mise en œuvre des activités logistiques, tout en respectant le planning opérationnel définit en lien avec le Chef de Projet et la Coordination de la mission.

Principales responsabilités et tâches

  • Organiser toutes les activités liées à l'ouverture des nouvelles provinces et participer à la sélection du logisticien du projet et le former ;
  • Établir, harmoniser et maintenir des procédures et des politiques logistiques normalisées appropriées dans l'ensemble de la mission et selon les exigences des donateurs, y compris les procédures et mécanismes de passation des marchés, de gestion de la flotte et de TI ;
  • Demander conseil et validation au chef de mission et au personnel concerné au siège, le cas échéant, et recommander les changements nécessaires ;
  • Veiller à la bonne mise en œuvre des politiques et procédures logistiques sur le terrain ;
  • Anticiper les événements défavorables en analysant les données et en préparant des stratégies de contrôle ;
  • Coordonner avec le service administratif et financier afin de s'assurer que les processus de paiement aux fournisseurs sont effectués à temps et sans pression inutile sur les systèmes financiers ;
  • Gérer le personnel et les systèmes pour maximiser l'efficacité et la prestation du programme ;
  • Coordonner le recrutement, la formation et le soutien du personnel de la logistique sur le terrain ;
  • Conseiller les gestionnaires et les employés sur les politiques et les procédures ;
  • S'acquitter d'autres tâches d'un niveau similaire, selon les besoins ;
  • Surveiller la performance globale des achats pour la mission ;
  • Assurer une planification des achats efficace et rentable en assurant la liaison avec le personnel technique, les chefs de base et / ou les chefs de projet afin de s'assurer que les plans d'achat sont détaillés, en place et à jour ;
  • Effectuer des recherches pour déterminer les meilleurs produits et fournisseurs en termes de meilleur rapport qualité-prix, de délais de livraison et de qualité ;
  • Développer et mettre en œuvre la gestion des contrats de service ;
  • Examiner et réévaluer les contrats de service existants et superviser les loyers réguliers, les paiements des services publics (électricité, eau, gaz, etc.), les contrats d’entretien des bureaux et les procédures de gestion des coûts de fonctionnement. S'assurer qu'ils sont correctement gérés par les assistants logistiques, l'administration et / ou les points focaux ;
  • Tenir et mettre à jour une liste de fournisseurs établie par base, en coordination avec le personnel de la logistique et le service administratif - finances ;
  • Vérifier et coordonner avec le personnel de la logistique que les livraisons de marchandises sont effectuées comme prévu et correctement stockées ;
  • S'assurer que le parc est contrôlé, entretenu régulièrement, que les véhicules sont assurés et que les taxes sont payées ;
  • Suivi du suivi approprié de la consommation de carburant et de l'utilisation du journal de bord du véhicule, du journal de maintenance, du journal de bord d'huile et d'autres formats et modèles de flotte, par le personnel chargé de la logistique sur le terrain ;
  • S'assurer que la documentation appropriée des véhicules (c.-à-d. bail, assurance, inspection mécanique, etc.) est correctement gérée par le personnel de la logistique ;
  • Superviser la conduite des conducteurs et les former au besoin ;
  • Lancer une vérification trimestrielle des immobilisations et de l'inventaire ;
  • Recommander des stratégies, des politiques et des procédures en matière de technologie de l'information en identifiant les problèmes; évaluer les tendances et anticiper les besoins ;
  • Mettre en œuvre de procédures de reprise après sinistre et de sauvegarde, ainsi que de structures de sécurité et de contrôle de l'information ;
  • Planifier, organiser, contrôler et évaluer des opérations informatiques et de données électroniques ;
  • Assurer le bon achat, l’enregistrement et la maintenance du matériel informatique et du matériel de bureau (c’est-à-dire le matériel informatique, le matériel de communication, etc.) ;
  • Coordonner le soutien informatique dans les bureaux extérieurs et veiller à ce que les ressources soient utilisées correctement.

Autres

  • Fournir mensuellement au chef de mission un rapport d'activité et des prévisions relatives aux objectifs du mois atteints et aux activités globales du plan pour le mois prochain ;
  • Renforcement des capacités du personnel national ,
  • Des visites sur le terrain dans tous les sites de projets afin de vérifier et d'améliorer la logistique;
  • Signaler les réalisations et les difficultés et donner des suggestions pour améliorer tous les «domaines» de la logistique ;
  • Effectuer d'autres tâches connexes selon les besoins.

Education

Logistique humanitaire

Expérience Professionnelle

Expérience de terrain d’au moins 3 ans en coordination logistique humanitaire

Exigences professionnelles

  • Expérience dans l'ouverture des bases ;
  • Expérience en gestion sécuritaire ;
  • Connaissance du contexte de la RDC et en particulier des provinces du projet ;
  • Expérience en gestion d’équipes ;
  • Expertise en organisation et gestion de stocks ;
  • Expérience en construction/suivi de chantier ;
  • A l’aise dans les opérations humanitaires d’urgence ;
  • Maîtrise de l’outil informatique (autonomie complète sur Word et Excel), en particulier des outils de gestion de stocks ;
  • Bon esprit analytique et de synthèse ;
  • Être disponible pour des missions de courte durée ;
  • Très bonnes facilités de travail en équipe (patience, sens de l’organisation) A l’aise et souple dans les relations humaines.

Langues

  • Bonne maîtrise du français.

Pour en savoir plus et pour postuler à cette offre d’emploi, suivre ce lien : https://www.intersos.org/posizioni-aperte/#intersosorg-vacancies/vacancy-details/5cb45ee1bb75b30aeb7bfd0e/

En cas de problèmes avec la plate-forme INTERSOS, les candidats qualifiés sont priés d’envoyer leur CV ainsi qu'une lettre de motivation à: recruitment@intersos.org. Comme objet du message, veuillez indiquer «SR-38-1013 - Coordinateur de la Logistique - RDC».

Veuillez également mentionner le nom, le poste et les coordonnées d'au moins deux références, y compris le responsable hiérarchique lors de votre dernier emploi. Les membres de la famille sont à exclure.

Seulement les candidats sélectionnés pour le premier entretien seront contactés.