Employeur
Echéance
Ville

L’ESPRIT ALIMA : La raison d’être d’ALIMA est de sauver des vies et de soigner les populations les plus vulnérables, sans aucune discrimination identitaire, religieuse ou politique, à travers des actions basées sur la proximité, l’innovation et l’alliance d’organisations et d’individus. Nous agissons avec humanisme, impartialité et dans le respect de l’éthique médicale universelle. Pour accéder aux patients, nous nous engageons à intervenir de façon neutre et indépendante.

ALIMA est présent dans la riposte à l’épidémie de Maladie à Virus Ebola dans la Province du Nord-Kivu depuis août 2018 dans la ville de Béni avec la gestion du Centre de Traitement Ebola. Depuis Février 2019, ALIMA a également déployé des activités dans la zone de santé de Katwa avec la gestion d’un Centre de transit pour la prise en charge des cas suspects puis la gestion du Centre de Traitement Ebola de Katwa à partir d'avril 2019. La notification continue de nouveaux cas témoigne d’un contrôle difficile de l’épidémie. ALIMA a également mis en place dans la zone de santé de Katwa une approche innovante permettant la mise en capacité d'unité de prise en charge de cas suspects au sein de structure de santé existante.

L’évolution inquiétante de l’épidémie dans le Nord Kivu est liée entre autre à une incompréhension, de mauvaises informations et la peur de la population face à l’épidémie. Cela s’exprime de différentes manières et notamment par des refus d’être enregistrés ou, suivis comme contacts, de se déclarer auprès de la riposte lorsqu’on tombe malade, voire, pour certains contacts enregistrés, de venir au CTE lorsqu’ils ont un signe d’alerte. L’une des conséquences, est que les malades Ebola se déclarent beaucoup trop tardivement (le délai d’admission varie de 2 jours à plus d’une semaine après le début des symptômes !) ce qui a pour conséquence démontrée un fort taux de létalité chez ces patients et de favoriser ; avant hospitalisation, la transmission intra familiale et intra-communautaire.

Ces difficultés, qui sont explicables par la peur légitime de la mort chez tout un chacun, ne sont pas faciles à surmonter. Les méthodes de communication/Sensibilisation des différentes équipes de la riposte ne sont définitivement pas toujours adaptées aux sensibilités de la population. Elles sont souvent agressives, donneuses de leçons, culpabilisantes et ressenties négativement d’autant plus qu’elles sont souvent rédigées ou produites par des gens étrangers à la région, aux coutumes locales et à la langue swahilie. La période électorale qui vient de s’achever a été aussi l’occasion d’instrumentaliser la maladie et l’organisation de la riposte à des fins politiciennes voire à être un faire-valoir pour les hommes politiques.

A notre échelle, nous devons mieux contrôler et multiplier les messages qui partent à l’attention de la communauté sur ce qui se passe réellement dans le CTE, tant pour un impératif de sécurité (que les gens connaissent ALIMA) qu’opérationnel on peut par certaines démarches transparentes et simples, instaurer un meilleur niveau de confiance avec les communautés concernées pour diminuer les refus et agir sur les délais symptôme/admission). A cette fin, nous allons renforcer la présence ALIMA dans les différents aspects de la riposte dans et si nécessaire en dehors des commissions mises en place à l’intérieur de la riposte.

L’objectif à ce stade de l’épidémie, où persistent des poches de contamination actives est de contribuer à prévenir de futures transmissions et guérir les personnes contaminées.

Pour ceci, au-delà du travail médical réalisé, une démarche importante à mener est de relier nos activités de soutien aux patients et à leurs proches, faites à l’intérieur des CTE à des activités du même type projetées vers les communautés d’origine (quartier, village) des patients, principalement dans les s point chauds où persistent les difficultés. Nos différentes actions doivent s’inscrire dans le cadre des différentes commissions de la riposte. Nous convenons de nommer ci-après “population ciblée” le focus principal de ce service.

Liens fonctionnels et hiérarchiques

Le Responsable Activités SOI est sous le management hiérarchique du coordinateur projet Katwa.

  • Il est le manager fonctionnel de l’activité pour les services d’observation intégrés ;
  • Il maîtrise les dynamiques communautaires dans lesquelles son activité est intégrée et collabore étroitement avec le superviseur HP externe ;
  • Il participe aux liens privilégiés entre les services de santé des zones de santé concernées et le projet ;
  • Il collabore étroitement avec le département psychosocial, l’épidémiologiste et les équipes médicales des CTE et SOI et avec les services supports. Au besoin il les intègre dans certaines activités de mise en confiance des communautés ciblées et avec les autorités médicales des zones de santé concernées ;
  • Il s’aide des ressources anthropologiques présentes dans la zone de santé en les faisant intervenir pour bien définir les stratégies d’intervention.

Missions et principales activités

Il est le second en terme de gestion opérationnelle sur l’intervention basé à Butembo et Katwa. Pour cela il est responsable d’équipe et en a la gestion propre. Ces tâches sont celle-ci :

  • Produire une analyse détaillé pour orienter le choix d’organiser un SOI dans une aire affectés (analyse épidémiologique et contextuelle) ;
  • Il organise la démarche d’intégration préliminaire en faisant les contacts avec les leaders communautaires et les représentants de la population sur les aires ciblées ;
  • Il lead les meetings de préparation avec la communauté et en partenariat avec l’équipe Promotion de santé et Relations communautaires ;
  • Organisation avec les départements techniques une analyse de la structure envisagée et présente un plan détaillé de l’installation ;
  • Il récolte les informations sécuritaires et les partages avec le Coordinateur Projet et il est proactif dans la gestion de la sécurité pour ses équipes ;
  • Il est responsable du suivi budgétaire de son activité ;
  • Il représente ALIMA lors des visites sur ses activités en relation avec le Coordinateur Projet ;
  • Il organise le rapportage de ces activités avec son équipe afin d’alimenter les Sitrep et autres rapports sur l’intervention ;
  • Il est force de proposition et apporte une analyse critique et documenté de son activité ;
  • Il s’assure avec le département médical et Informatique de la bonne gestion des données biomédicales liées à l’activité SOI.

Formation

Licence ou Master en sciences sociales et humaines, profil de travailleur social de terrain, ou équivalent.

Expérience préalable avec une ONG Médicale est obligatoire

  • Expérience d’engagements communautaires dans un environnement d'insécurité ;
  • Compréhension des enjeux médicaux de la maladie à virus ebola ;
  • Sensible au regard anthropologique sur les communautés ciblées.

Compétences linguistique

  • Maîtrise du français indispensable
  • L’anglais et le Swahili sont des atouts

Qualités requises/compétences comportementales

  • Capacités diplomatiques et relationnelles pour s’insérer pleinement dans le dispositif de coordination.
  • Capacité de présentation des activités du CTE.
  • Capacité d’écoute et d’empathie avec les personnes rencontrées.

Durée et type de contrat : mission de 6 à 12 semaines renouvelables (break toutes les 6 semaines)

Prise de poste : dès que possible

Salaire : Salaire compris entre 2000 et 2300 euros nets/par mois selon expérience

ALIMA prend en charge :

  • les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission

  • per diem journalier

  • logement maison collective

  • 2.08 jours de congés payés/mois

  • la couverture médicale du premier jour de contrat à un mois après la date de départ du pays de mission pour l’employé et ses ayants droits

  • l’évacuation pour l’employé et ses ayants droits

Documents à envoyer : Pour postuler, merci de nous faire parvenir votre CV et lettre de motivation, à ebola@alima.ngo avec en sujet la référence « Responsable Activités SOI ».

Nous traitons les candidatures au fur et à mesure de leur réception. Si une candidature correspond à nos recherches, l’offre peut donc être clôturée avant terme.

Durée et type de contrat : mission de 6 à 12 semaines renouvelables (break toutes les 6 semaines)

Prise de poste : dès que possible

Salaire : Salaire compris entre 2000 et 2300 euros nets/par mois selon expérience

ALIMA prend en charge :

  • les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission
  • per diem journalier
  • logement maison collective
  • 2.08 jours de congés payés/mois
  • la couverture médicale du premier jour de contrat à un mois après la date de départ du pays de mission pour l’employé et ses ayants droits
  • l’évacuation pour l’employé et ses ayants droits

Documents à envoyer : Pour postuler, merci de nous faire parvenir votre CV et lettre de motivation, à ebola@alima.ngo avec en sujet la référence « Responsable Activités SOI ».

Nous traitons les candidatures au fur et à mesure de leur réception. Si une candidature correspond à nos recherches, l’offre peut donc être clôturée avant terme.